Michel Galabru est décédé ce lundi 4 janvier 2016 à l’âge de 93 ans. Au cours de sa carrière cinémato- graphique qui s’étend de 1948 à 2015, il aura tourné dans près de 200 films.

Bien sûr, on se souvient avec nostalgie des Gendarmes, de Papy fait de la résistance, de La Cage aux folles, de quelques rôles de magistrats ou de commissaires notamment dans des films avec Bebel (Flic ou Voyou), et puis de sa participation dans un nombre incalculable de nanars à la française (Les Bidass, Le Trouble-fesse, Arrête de ramer, t’attaques la falaise !). Le dernier rôle dont on serait capable de ressortir une réplique, c’est celui du grand-oncle de Zoé Félix dans Bienvenue chez les Ch’tis (« C’est le Noooord ! » disait-il). Des films qui passaient en boucle à la télévision. Mais entre pochades franchouillardes et polars, quels ont été les grands rôles de Galabru au cinéma ?

c975f-juge-et-l-assassin-75-05-g
Michel Galabru dans Le Juge et l’Assassin

Commençons par la consécration. En 1977 il obtient le César du meilleur acteur pour Le Juge et l’Assassin de Bertrand Tavernier. Comme ce sera le cas quelques années plus tard avec Coluche pour Tchao Pantin, la profession salue la capacité à émouvoir d’une personne qui serait censée exclusivement nous faire rire. Le face-à-face entre le juge arriviste Philippe Noiret et l’ancien sergent devenu assassin en série campé par un Galabru halluciné est à revoir absolument. Pourquoi pas dès ce soir, histoire de se souvenir d’un acteur pour qui nous avons tous de la sympathie ?

Cette consécration ne permettra pas pour autant un changement de cap radical dans la carrière du comédien. Il aura d’autres beaux rôles mais plus en tant que vedette principale. Je retiens Une semaine de vacances (1980), à nouveau de Tavernier avec Nathalie Baye en prof dépressive en arrêt de travail. Quelques apparitions savoureuses chez un autre Bertrand, Blier : Mon homme (1996), Les Acteurs (2000), mais surtout le rôle du voisin de Nathalie Baye (encore elle) dans le formidable / barré Notre histoire (1984).

notre histoire.jpg
Michel Galaru et Jean-Pierre Darroussin dans Notre Histoire

On le retrouve aussi au générique d’Uranus (1990) de Claude Berri, entre Depardieu, Noiret, Blanc, Marielle, Prévost et Luchini. Un film sur la chasse aux collaborateurs et la reconstruction de la société française au printemps 1945.

Et puis une curiosité : Belle Époque (1992) de l’Espagnol Fernando Trueba. Oscar du meilleur film étranger. La vie en Espagne au début des années 1930, au temps de la Seconde République. Une charmante comédie bucolique, croisement entre Les Quatre Filles du docteur March et Les Enfants du marais. L’un des rôles principaux est tenu par une toute jeune Penélope Cruz. Quant à Michel Galabru, il y déclame son texte dans un espagnol on ne peut plus approximatif.

Belle_epoque
Belle Époque avec notamment Michel Galabru et Penélope Cruz

Publicités