On était tous tombé amoureux d’elle lorsqu’elle nous était apparue pour la première fois, hypnotisante de sensualité, filant sur sa mobylette dans une petite robe mal reboutonnée. C’était dans Lucía y el Sexo, et Paz Vega semblait promise à une grande carrière.

Lucia Y El SexoAu début des années 2000, Paz Vega fait craquer toute l’Espagne. Goya du meilleur espoir féminin pour son rôle volcanique dans Lucia et le Sexe (2001) de Julio Médem, elle enchaîne avec un petit rôle dans Parle avec elle (2002) de Pedro Almodovar, puis est la vedette d’El Otro Lado de la Cama (2002), une comédie musicale fort remarquée à l’époque.

Ce démarrage en fanfare l’incite à suivre les traces de son aînée Penelope Cruz en tentant l’aventure US. Elle est la protagoniste de Spanglish (2005), une comédie de James L. Brooks. Paz y joue une femme de ménage mexicaine qui va mettre de l’ordre dans la maison mais aussi dans la vie d’Adam Sandler. L’année suivante, on la retrouve à l’affiche d’Une star dans ma vie (2006), une comédie dans laquelle elle interprète une caissière de supermarché qui aide une star hollywoodienne (Morgan Freeman dans son propre rôle) à préparer un rôle de gérant de grande surface. Le film fait très peu d’entrées aux États-Unis mais est un beau succès en Espagne. Après les latinos, Paz, qui est pourtant Sévillane, joue une Italienne dans Fade to Back (2006), un mauvais thriller politique autour de la figure d’Orson Welles. Rapidement, sa carrière américaine s’oriente vers la série B.

Certes, les tournages s’enchaînent mais les films, tout comme les rôles qu’elle y joue, sont à chaque fois moins importants. La belle Andalouse essaie de se relancer en faisant régulièrement l’aller-retour entre l’Europe et les États-Unis. Elle décroche des rôles chez des réalisateurs renommés : les frères Taviani (Le Mas des alouettes, 2007), Franck Miller (The Spirit, 2008), Danis Tanovic (Eyes of War, 2010), Pedro Almodovar (Les Amants passagers, 2013), Olivier Dahan (Grace de Monaco, 2014). Mais ce sont à chaque fois des oeuvres mineures, pour ne pas dire complètement ratées.

Quinze années se sont écoulées depuis Lucía y el Sexo. Paz a désormais 40 ans et une carrière gâchée à coups de malchance et de mauvais choix. Mais l’espoir d’un virage artistique salutaire persiste. Sa participation dans The OA, l’une des séries phares de Netflix pourrait y contribuer. Paz Vega y exploite à merveille sa puissance érotique. Son personnage de Renata, chanteuse cubaine, fumeuse de cigare et croqueuse de jeunes hommes, pourrait prendre de l’importance dans la deuxième saison de ce show remarquable, sorte d’Expérience interdite à la sauce psyché / hippie, ponctuée de danse contemporaine.

Renata
Dans The OA, Paz Vega joue Renata, une chanteuse cubaine amatrice de cigares et de jeunes hommes.

Info de dernière minute

Ne nous réjouissons cependant pas trop vite ! La nouvelle tombe à l’instant alors que je suis sur le point de conclure cet article. Le fisc espagnol réclame à Paz Vega près de 700.000 euros et menace de saisir ses maisons de Séville et Madrid. De mauvais augure. C’est le genre de nouvelles qui fait accepter tout et surtout n’importe quoi à un acteur (demandez à Nicolas Cage).

Publicités