Recherche

Nos années Lumière

Des histoires du cinéma

Catégorie

Espagne

Paz Vega, l’héroïne de Lucía y el Sexo, va-t-elle se relancer avec The OA ?

On était tous tombé amoureux d’elle lorsqu’elle nous était apparue pour la première fois, hypnotisante de sensualité, filant sur sa mobylette dans une petite robe mal reboutonnée. C’était dans Lucía y el Sexo, et Paz Vega semblait promise à une grande carrière.

Lire

Publicités

Caníbal (Amours cannibales)

a : 2013, r : Manuel Martín Cuenca, sc : Manuel Martín Cuenca, Alejandro Hernández (d’après Humberto Arenal), ph : Pau Esteve Birba, ac : Antonio de la Torre, Olimpia Melinte

Lire

10.000 km

a : 2014, r : Carlos Marques-Marcet , sc : Carlos Marques-Marcet, Clara Roquet, ph : Dagmar Weaver-Madsen, ac : Natalia Tena, David Verdaguer
Lire

También la lluvia (Même la pluie)

a : 2010, r : Icíar Bollaín, sc : Paul Laverty, m : Alberto Iglesias, ph : Álex Catalán, ac : Luis Tosar, Gael García Bernal, Juan Carlos Aduviri, Karra Elejalde, Carlos Santos, Raúl Arévalo
Lire

Votre nom sur une tombe du cimetière du Bon, la Brute et le Truand

C’était il y a 50 ans. Blondin, Tuco et Sentenza s’affrontaient pour l’or des Confédérés, sous le cagnard, au milieu des milliers de tombes du cimetière de Sad Hill. Un duel à trois entré instantanément dans l’histoire du 7ème art. Afin de fêter dignement l’anniversaire du tournage du plus célèbre des westerns spaghetti, les membres d’une association culturelle espagnole se sont retroussé les manches pour faire renaître ce décor mythique.

Lire

Mi gran noche (2015) : un joyeux bordel

La nouvelle comédie chaotique et débridée du réalisateur du Jour de la bête.

Lire

Torremolinos 73 (2003) : Alfredo et Carmen font un porno

Quand la destination préférée des vacanciers belges servit de décor à un remake porno du Septième Sceau.
Lire

Régression, le retour manqué de l’enfant prodige

Le nouveau film d’Amenábar est une catastrophe. Mais n’oublions pas l’excellent cinéaste qu’il a été.

Lire

Orson Welles, l’homme qui aimait l’Espagne

Cinéaste errant, banni d’Hollywood, Orson Welles tomba sous le charme de l’Espagne. Il y pratiqua la tauromachie, milita pour la République et y tourna près de la moitié de ses films, transformant à l’occasion un parc madrilène en champ de bataille et travestissant un village castillan en ville portuaire de Macao. Les aventures d’Orson Welles au pays de Don Quichotte, ce sont autant d’anecdotes qui participent à sa légende. 

Lire

Article mis en avant

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑